Title Image

Qu’est-ce que les Arêtes de Poisson ?

  |   Activités, Activités d'été, Activités d'hiver, Lyon

On t’emmène à la découverte des arêtes de poisson !

 

[L’activité de la semaine] Que vas-tu faire en juillet à Lyon ? 👀

 

Come On est l’application qui va te permettre de réaliser tes activités favorites en toute simplicité et c’est pour ça qu’on a voulu te donner quelques idées.

Ça fait des mois, des années voire toute un vie que tu es à Lyon. Tu te dis que tu as déjà fait le tour de la ville et qu’elle n’a plus rien à te faire découvrir ? On va essayer de te faire mentir 😉

 

Tu sauras tout ce qu’il y a à savoir (ou presque) :

 

➡️ Origine

➡️ Quelle utilisation ?

➡️ Et une énigme en plus !

➡️ Peut-on les visiter ?

 

 

Quand on parle des « arêtes de poisson », on pense tout de suite mystère, secret et même trésor !

 

Mais les arêtes de poisson, qu’est-ce que c’est ?

 

La question est simple, beaucoup plus que la réponse en tout cas. Alors factuellement, il s’agit d’un réseau de galerie souterraine situé dans les profondeurs de Croix-rousse dans le 4ème arrondissement de Lyon.

 

On vous parle de réseau mais on pourrait plutôt parler de labyrinthe. En effet, elles s’étendent sur de nombreux kilomètres.

 

Là où le mystère commence, c’est sur leur origine : aucune trace de leur construction ni de leur utilisation d’ailleurs. A cela se rajoute les nombreux os et squelettes humains présents.

 

Il y a bien des hypothèses : Égout romain ? Ouvrage militaire en lien avec les fortifications de Vauban ?

 

 

 

Leur découverte

 

Leur découverte date de 1959. Avant cette date, aucune trace d’archives. Les services techniques de la ville cherchent alors à comprendre pourquoi la chaussée de la rue des fantasques se déforment régulièrement à un endroit précis. Il découvre alors un puit profond de plusieurs dizaines de mètres et commencent son exploration.

 

Contrairement à la majorité des souterrains de la ville, ceux-là sont grands et ouvragés.

 

La municipalité de l’époque avait décidé de conserver cette information cachée du grand publique.

 

C’est en 1963 que les Lyonnais découvrent leurs existences. Un effondrement du sol au niveau des arêtes créé un grand cratère (100m2 pour 10 mètres de profondeurs).

 

 

Pour quelle utilisation ?

 

Le mystère s’épaissit un peu plus.

 

Elles n’ont pas pu servir à l’évacuation d’eau (la galerie centrale et les galeries adjacentes ont des pentes opposées) ni à son stockage (le sol n’étant pas adapté pour la conservation d’eau).

 

Un passage discret ou un chemin de fuite ? Une galerie centrale serait alors suffisante et les galeries en « arête » ne serait alors d’aucune utilité.

 

Un refuge ? 1000 personnes peuvent s’entasser mais aucun aménagement n’est prévu pour cet usage.

 

Des catacombes ? Rien ne le laisse penser. Bien sûr des squelettes humains ont été retrouvés mais pas de caveaux ni de traces d’inhumation ou d’éléments religieux. De plus, la structure ne correspond pas à ce type d’ouvrages.

 

Mines ou carrières ? Trop bien ouvragées et creusées dans une couche d’argile sableuse.

 

Une des hypothèses qui rencontrent le moins de contradiction serait le stockage. Mais pourquoi à une telle profondeur ? Pourquoi un tel volume ? Et surtout, pourquoi loin des structures défensives ?

 

Au vu des frais liés à ce type de construction, seulement quelques personnes extrêmement fortunées ou les pouvoirs publics pouvaient se permettre un tel chantier. La valeur de ce qui y était stocké devait d’ailleurs être en corrélation avec son coût de construction.

 

 

Une énigme supplémentaire

 

Les arêtes de poisson sont connectées à un second réseau souterrain : Les Sarrazinières qui longent le Rhône jusqu’à Miribel. Elles suscitent, elles aussi, de nombreuses questions.

 

Une hypothèse retenue les concernant aurait été leur construction à l’époque de Guillaume de Beaujeu au XIIIe siècle, seigneur des terres allant de Miribel jusqu’aux Terreaux. Guillaume de Beaujeu était le dernier grand maître des Templiers à siéger en Terre sainte.

 

Vous sentez arriver une histoire dans l’esprit du Da Vinci Code de Dan Brown ? Vous avez raison !

 

Guillaume de Beaujeu était lui-même énigmatique. 2 faits marquants sont à noter :

  • Tout Grand Maître devait rendre immédiatement après sa nomination en Terre sainte et abandonner toute fonction et occupation. Ce qu’il n’a pas fait.
  • Il a fait le tour des commanderies templières d’Europe ce qui était réservé uniquement au Grand Visiteur telle que le stipulait la règle.

 

D’autres éléments viennent amplifier le mystère autour de cet homme.

 

Il n’en fallait pas plus pour créer une légende : le trésor des templiers aurait pu être stocké dans les arêtes de poisson. Au-delà du mythe, il faut prendre en compte que les Templiers étaient un ordre international extrêmement puissant, riche et prospère.

 

Si l’imagination populaire est aussi fertile à ce propos, c’est parce qu’aucune de leurs richesse ne furent retrouvées suite à la saisie par les hommes du roi de France.

 

Peut-on visiter les arêtes de poisson ?

 

Maintenant que votre curiosité est à point, parlons peu, parlons bien.

 

Vous ne pourrez pas visiter légalement les arrêtes de poisson. Il n’y a pas de visites guidées et la ville en interdit l’accès. Cependant, on espère que pour les plus aventuriers, cela vous aurait donner envie d’en savoir plus sur ce qu’il y sous nos pieds. D’autres souterrains lyonnais sont visitables et sécurisés. Pour en savoir plus, nous vous invitons à vous rendre sur le site de l’OCRA (Organisation pour la Connaissance et la Restauration d’Au-dessous-terre).

 

Néanmoins, on vous propose de leur faire virtuellement avec cette vidéo :

 

 

Vous pouvez aussi mener votre propre enquête au travers du très bon livre de Walid Nazim L’énigme des arêtes de poisson.

 

➡️ Pour découvrir les activités à Lyon, c’est par ici !

 

➡️ Pour découvrir les activités d’été, c’est par là !

 

➡️ Pour découvrir les activités d’hiver, c’est par là !